Les amis, les amours, les emmerdes…

Extrait du roman de Pierre Galibert “Le livre sur la commode”

Je ne comprenais pas pourquoi Jean-Luc n’avait pas souhaité prendre son troisième de jour de congé avec moi. Nous les prenions toujours ensemble. Le tableau des congés, affiché en salle des moniteurs, me livra l’explication : il allait prendre son repos avec  Pascale Nègre, une animatrice dont il me parlait beaucoup, sans encore m’avouer l’essentiel. J’étais donc déçu de ne pas aller en ville avec eux ce soir-là. Les deux tourtereaux partirent à la découverte de La Teste. Lui, voulant impressionner sa dulcinée, proposa un petit souper dans un restaurant de la ville. Elle n’avait d’yeux que pour le beau jeune homme et ce n’est certainement pas Fernand Nègre qui aurait pu s’opposer à ce projet puisqu’ignorant les intentions de sa fille mineure. Le sévère et respecté instituteur de Saint Pierre était bien loin de se douter que sa petite Pascale était en passe de devenir Madame Donnadille. Jean-Luc, contrairement à aujourd’hui, n’avait pas identifié les restaurants de la ville et se risqua dans un établissement dont il ne connaissait pas l’excellente réputation répercutée sur les prix de la carte. Aveuglé par la douce brunette, l’amoureux ne regarda même pas les prix affichés devant la porte. Son petit budget du mois s’engouffra dans une addition somptuaire…

Les mariés des Bonnes Vacances sont nombreux. Yves Donnadille rencontra son épouse Marie-Pierre, à l’occasion d’un séjour. Simon et Quentin viennent souvent voir leurs grands-parents : je me souviens de  Jacques, promenant Quentin dans sa poussette de bébé du côté de la Chêneraie à la rencontre des canards.

Dans les années 1960, Efraín Pesce, professeur  à Barral et directeur chez nous l’été, tomba sous le charme d’une animatrice. Il épousera Monique quelque temps plus tard. Un deuxième professeur du Petit Séminaire, Laurent Birbes, en visite lors d’un séjour dirigé par l’Abbé Sahuquet, rencontrera sa dame de cœur.

Dans les années 1980, un troisième professeur de Barral découvrira en Cathy Barthes, adjointe pédagogique, la maman de ses trois enfants : Florent et Marion sont d’ailleurs impliqués dans l’association aujourd’hui.

Plus récemment Christophe, le neveu de Gilbert Balayé, y rencontra sa future…

N’oublions pas les unions de Colette et Jean André, ou Laurent Duri et Marie Roques.

D’autres amours sont nées sous les pins des Bonnes Vacances : certaines éphémères, certaines durent encore.

Eté 1979, je découvrais donc le Bassin d’Arcachon et la colonie des Bonnes Vacances, en pleine activité florissante et j’y forgeais mes souvenirs d’adolescent et de jeune adulte. J’ignorais que mes premières animations sur les scènes improvisées allaient être les fondations de ma vie professionnelle.

En même temps, sur les rives de l’Agout, l’industrie textile n’était plus prospère et les dirigeants des établissements Viala devaient se résoudre à l’évidence : cesser leur activité. La situation se dégradant d’année en année, la concurrence active et les contraintes imposées par le marché en mouvement avaient déjà sonné le glas du textile sud tarnais.

Il ne faut jamais oublier que ce sont les acteurs de cette industrie castraise aisée et puissante par le passé, qui ont permis d’enrichir le patrimoine de notre association et de la rendre pérenne.

Barthélémy Amen avait légué sa manufacture de tissu créée à la fin du XIXème  siècle à son fondé de pouvoir qui à son tour l’avait transmise à son gendre Henri Viala. Les Etablissements Viala furent connus et reconnus sur la place de Castres pendant des décennies. Monsieur Henri impulsa un essor considérable à la petite entreprise d’effilochage grâce à ses deux propres gendres, des corréziens, les frères Pélissier.

Le premier, Jacques, polytechnicien, rêve d’étendre l’entreprise et de construire encore. Le second, Marcel, attiré du côté de Castres par son frère Jacques, va s’atteler, avec un talent magistral,  au développement commercial des Etablissements Viala.

C’est à lui que l’abbé Gau s’adressa pour réunir les fonds nécessaires à l’achat du domaine testerin.

 

Vous pouvez télécharger gratuitement “Le livre sur la commode” de Pierre Galibert